Les affaires judiciaires qui attendent Donald Trump

Donald Trump est visé par plusieurs procédures de justice. Après la passation de pouvoir et l’intronisation de Joe Biden le 20 janvier 2021, Trump pourrait voir plusieurs procédures judiciaires s’accélérer contre lui.

« J’AI GAGNÉ L’ELECTION ! » Dans un nouveau tweetposté lundi 16 novembre,

https://twitter.com/realDonaldTrump/status/1328334945148952576?s=20

 Trump estime que des fraudes massives se sont déroulées pendant le scrutin, sans pour autant apporter des preuves de ses allégations. 

Si le locateur actuel de la maison Blanche s’accroche autant à son poste, c’est aussi parce que lorsqu’il quittera le Bureau ovale, plusieurs enquêtes contre lui pourraient se concrétiser et lui valoir, dans le pire des cas, de la prison. The curious vous montre les 4 principales enquêtes judiciaires qui visent le 45e président des Etats-Unis. 

1.L’enquête sur ses impôts n’est pas terminée 

Selon le New York Times Le procureur de Manhattan Cyrus Vance, un démocrate, a lancé depuis deux ans une procédure pénale pour fraude fiscale et fraude aux assurances. Lors d’une vaste enquête publiée par le New York Times en septembre 2020, le quotidien américain a montré, documents à l’appui, que Donald Trump n’avait payé que 750 dollars d’impôts fédéraux en 2016 et 2017. Il n’aurait par ailleurs pas payé le moindre dollar au cours de dix des quinze dernières années. Cela expliquerait pourquoi il a toujours refusé de publier ses déclarations d’imposition, à la différence de ses prédécesseurs depuis 40 ans. 

Depuis l’automne dernier, le milliardaire est parvenu à bloquer une assignation à comparaître concernant cette enquête. Il a soutenu qu’elle avait un but politique. La Cour suprême devrait de nouveau se prononcer sur une réouverture du dossier, selon le New York Times

Une autre enquête, au civil, a été lancée par la procureure de l’Etat de New York Letitia James. Il s’agit de déterminer si la Trump Organization, le conglomérat de la famille qui siège dans la Trump Tower, a menti sur la taille de ses actifs pour obtenir des prêts et avantages fiscaux.

1.L’enquête sur Stormy Daniels

L’actrice et réalisatrice de films pornographiques Stormy Daniels a reçu 130 000 dollars de la part de l’équipe de campagne du milliardaire en échange de son silence en 2016. L’actrice affirme avoir eu des relations sexuelles avec Trump entre 2006 et 2007, ce que Donald Trump a toujours refusé. Dans cette affaire, Michael Cohen, l’ex-avocat personnel de Donald Trump, avait reconnu avoir été à la tête de ce virement.

Dans ce dossier était mentionné un complice non nommé mais présenté comme un « individu » qui a « mené une campagne présidentielle victorieuse ». La playmate Karen McDougal avait pour sa part reçu 150 000 dollars afin qu’elle n’évoque pas ses relations sexuelles avec Donald Trump, toujours en 2016.

3. la collusion présumée avec la Russie

Après le 20 janvier 2021  Trump pourrait être amené à s’expliquer sur ses liaisons avec la Russie en 2016. En avril 2019, le procureur spécial Robert Mueller avait terminé son rapport. Bien qu’aucune preuve formelle de collusion entre le président américain et la Russie n’avait été trouvée, l’enquête s’était arrêtée en raison du statut de Donald Trump. « Si nous étions certains que le président n’a pas commis de crime, nous l’aurions dit », avait conclu le procureur spécial en mai 2019.

Michael Cohen avait d’ailleurs fait part de ses « soupçons » entre une possible collusion de son ancien employeur et des représentants russes, lors de son audition devant la Cour suprême, en février 2019.

4.L’enquête sur l’Ukraine

C’est l’affaire qui aurait pu mener à la destitution de Donald Trump. Le 25 juillet 2019, le président américain a téléphoné à son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, pour lui demander « une faveur ». Au cours de ce même été, les Etats-Unis devaient verser environ 380 millions de dollars d’aide militaire à l’Ukraine. La « faveur » consistait à faire en sorte qu’une enquête soit possible sur les agissements en Ukraine de Joe Biden, représentant de la Maison Blanche à Kiev en 2014 et de son fils Hunter. Ce dernier a été au Conseil d’administration de Burisma Holdings, un regroupement de sociétés ukrainiennes dans le domaine de l’énergie, alors que son père avait demander au pays de « réduire sa dépendance » envers la Russie en gaz naturel. 

Grâce à un vote en sa faveur du Sénat américain, majoritairement républicain, Donald Trump a échappé à la destitution. Une fois qu’il ne sera plus aux affaires, la procédure pourrait reprendre. Ce dossier est désormais entre les mains d’un procureur à Brooklyn, d’après le New York Times

POUR LA PREMIÈRE FOIS TRUMP ÉVOQUE LA VICTOIRE DE BIDEN

Une semaine après l’annonce par plusieurs médias américains de la victoire de Joe Baden et Donald Trump refuse de reconnaître sa défaite .ce dimanche Trump a admis que son adversaire démocrate « avait gagné » mais « parce que l’élection a été truquée ».

sur Twitter, Donald Trump a dénoncé l’absence de « spectateurs ou d’observateurs autorisés » lors du dépouillement des bulletins de vote, organisé, selon lui, par « une société privée de la gauche radicale de mauvaise réputation avec un équipement qui n’a même pas été approuvé au Texas ». Un Etat que le président américain estime avoir « remporté largement ».https://twitter.com/realDonaldTrump/status/1327979630477922304?s=20

Lors d’une allocution depuis la Maison Blanche sur les avancées du vaccin contre le Covid-19 et la gestion de l’épidémie ce vendredi, le président américain avait déclaré: « Je pense que le temps nous dira quelle administration nous aurons, mais quoi qu’il se passe à l’avenir, qui sait, je peux vous dire que cette administration n’imposera pas de confinement« .

Un nombre de voix historique pour Biden et Trump

L’élection de 2020, qui a vu la victoire de Joe Biden, est celle de tous les records pour les Etats-Unis : à la fois en nombre de voix et en participation.

Le décompte total des votes de l’élection présidentielle américaine n’était pas encore terminé, lundi 9 novembre, mais à plus d’un titre, ce scrutin, remporté par le candidat démocrate Joe Biden, est celui des records. Avec une participation historiquement haute, le nombre de voix recueillies par les deux candidats n’a jamais été aussi élevé. Même le président sortant, Donald Trump, a dépassé en 2020 le record détenu en 2008 par Barack Obama, qui avait recueilli 69,5 millions des suffrages.

Joe Biden, a rassemblé 75,6 millions de voix contre 71,0 millions pour le républicain Donald Trump.Sur 239,2 millions de personnes éligibles au droit de vote, entre 149,1 millions et 165 millions ont voté. Soit un taux de participation situé entre 62,3 % et 69 %.

Lors de l’élection présidentielle de 2016, le taux de participation avait été de 59,2 %. Il était déjà le plus élevé depuis 1960 et l’élection qui avait opposé John Fitzgerald Kennedy et Richard Nixon (avec 62,8 %). Dans l’histoire des Etats-Unis, l’élection de 1908 – qui a vu l’élection du républicain William Taft – a enregistré le plus fort taux de participation avec 65,7 %.

Bush félicite Biden,et déclare que sa victoire est Claire

L’ancien président George W. Bush a félicité le président élu Joe Biden lors d’un appel téléphonique dimanche et a déclaré que, bien que le président Donald Trump ait le droit de poursuivre des contestations juridiques et de raconter, la course de 2020 était « fondamentalement juste » et « son résultat est clair. »

Le geste de Bush, le seul ancien président républicain vivant, était une rupture avec le président sortant de son parti, Trump, qui a jusqu’à présent refusé de concéder la course.Dans le communiqué, Bush a déclaré qu’il avait appelé dimanche Biden et la vice-présidente élue Kamala Harris. »Bien que nous ayons des divergences politiques, je sais que Joe Biden est un homme bon, qui a gagné sa chance de diriger et d’unifier notre pays », a déclaré Bush. « Le président élu a réitéré que s’il se présentait comme démocrate, il gouvernera pour tous les Américains. Je lui ai offert la même chose que j’ai offert aux présidents Trump et Obama: mes prières pour son succès et ma promesse d’aider de toutes les manières possibles. . « Bush a également offert ses félicitations dans la déclaration à Trump « pour une campagne âprement disputée », faisant un signe de tête à son « accomplissement politique extraordinaire » de gagner les votes de plus de 70 millions d’Américains, le deuxième plus grand nombre de l’histoire derrière Biden. « Ils ont parlé, et leurs voix continueront d’être entendues par les républicains élus à tous les niveaux du gouvernement », a déclaré Bush.

Bush en 2000 a été élu avec une marge beaucoup plus petite que Biden, sa course contre le vice-président démocrate de l’époque Al Gore étant tombée à 537 voix en Floride et une décision de la Cour suprême en décembre. Il a déclaré que Trump « avait le droit de demander des recomptages et d’engager des poursuites judiciaires », mais a déclaré que la victoire de Biden était claire.

Source CNN

JOE BIDEN DEVIENT LE 46E PRÉSIDENT DES ÉTATS-UNIS

Joe Biden a été élu président des États-Unis ce samedi face à Donald Trump au terme de près de cinq jours tendus, pleins de suspense. La « prime au président sortant » n’a pas suffi au milliardaire pour se faire reconduire à la tête du pays pour un second mandat, selon une projection de CNN dévoilée ce samedi.

Le scrutin s’est finalement joué en Pennsylvanie, ce Swing State de l’Est du pays, où Joe Biden a rattrapé un retard pourtant conséquent il y a plusieurs heures. Comptant pour 20 grands électeurs, l’État permet au démocrate d’atteindre les 270 grands élus nécessaires. Le dépouillement dans le Nevada, la Géorgie et l’Arizona, où l’ancien sénateur du Delaware vire toujours en tête, est en cours. Cela veut dire que Joe Biden pourrait obtenir davantage que les 273 délégués recueillis ce samedi, qui lui sécurisent déjà la présidence.

Importance du vote par correspondance

Si quelque 100 millions d’Américains avaient voté par anticipation, dont 64 millions par correspondance, les électeurs étaient physiquement appelés aux urnes mardi. Ce scrutin a été marqué par une très forte participation: près de 160 millions de membres du corps électoral se seraient déplacés, selon les estimations du site Electproject données mercredi, réalisées par un politologue américain, contre 137,1 millions en 2016. Une participation, si ce chiffre se confirme, qui se traduirait par un taux de 66,9%. Le vote par correspondance aurait largement bénéficié à Joe Biden.

Âgé de 77 ans, Joe Biden a été vice-président des États-Unis de 2009 à 2017, au cours des deux mandats de Barack Obama.

pourquoi on ne sait toujours pas qui sera le 46è president des Etas unis?

Près de 72 heures après la fermeture des bureaux de vote, les Américains attendent encore pour connaître le nom de leur 46e président.

Quand le nom du vainqueur de la présidentielle américaine sera-t-il connu ? Joe Biden ou Donald Trump ? Le délai s’allonge d’heure en heure alors que les résultats définitifs de six Etats se font encore attendre. Ces délais à rallonge sont à imputer principalement à l’absence de règles uniformes de comptage aux Etats-Unis : chaque Etat, voire comté, peut définir lui-même ses méthodes pour comptabiliser les bulletins. Entre l’explosion du vote par correspondance et un allongement du délai de réception des votes dans certains Etats, plusieurs milliers de bulletins restent à traiter, alors que les deux candidats sont au coude-à-coude. 

En Pennsylvanie, un surplus de bulletins à dépouiller

Après avoir été mené pendant plus de trois jours dans cet Etat, Joe Biden est passé devant Donald Trump avec près de 6 000 voix d’avance, selon les données publiées par l’agence AP (lien en anglais), vendredi 6 novembre à 8h50 .  L’écart reste toutefois trop faible pour attribuer au candidat démocrate les 20 grands électeurs de l’Etat, qui lui garantiraient la victoire. 

Si les remontées des résultats prennent du temps, c’est parce que selon les règles fixées en Pennsylvanie, le traitement de ces votes anticipés ne pouvait pas débuter avant le 3 novembre, contrairement à la plupart des autres Etats. Plus de 2,5 millions de bulletins se sont rajoutés, soit dix fois plus que lors de la précédente présidentielle. Malgré plusieurs jours d’attente, les officiels locaux indiquent que la majorité des voix seront bien comptées d’ici le 6 novembre en fin de journée. Ces résultats ne signifieraient toutefois pas la fin des débats : en cas d’écart inférieur à 0,5 point entre les deux candidats, un recomptage sera automatiquement effectué, dans les trois semaines qui suivent.

En Géorgie, le spectre d’un recomptage

Le soir du 3 novembre, Donald Trump avait 372 407 voix d’avance sur Joe Biden, selon des résultats partiels. Les bulletins issus de zones urbaines comme Atlanta, Augusta ou Savannah, des villes peuplées principalement d’Afro-Américains plus enclines à voter pour Joe Biden, n’étaient, à ce moment-là, pas comptabilisés. Il était attendu que cet écart se réduise. Selon les derniers chiffres de l’agence Associated Press (AP) et du New York Times, vendredi 6 novembre, Joe Biden passe devant son adversaire avec un peu plus de 1 000 voix d’avance, alors que plus de 98% des bulletins ont été dépouillés.

Mais les résultats proclamés à l’issue de ce décompte seront sûrement très serrés, avec moins de 0,5% d’écart entre les deux candidats. Et avec une différence aussi infime, la loi de l’Etat de Géorgie permet de demander un recomptage (lien en anglais), qui prendrait à nouveau plusieurs jours, avec plus de 5 millions de voix à traiter.

En Arizona, une divergence dans l’analyse électorale

Il reste  250 000 votes à dépouiller dans cet Etat de l’Ouest américain, principalement issus du comté de Maricopa, qui compte le plus d’électeurs en Arizona. Des résultats supplémentaires devraient être communiqués vendredi 6 novembre.

D’autres médias, qui font appel à la société d’analyse Edison Research pour faire remonter les résultats, restent plus prudents et ne font pas basculer l’Arizona dans le camp démocrate. Vendredi 6 novembre à 00h30, le New York Times donnait 47 000 voix d’avance à Joe Biden sur 90% des bulletins dépouillés.

Dans le Nevada, des votes non parvenus dans les centres électoraux

Le dernier décompte publié par AP donne 11 000 voix d’avance à Joe Biden, alors que 75% des bulletins ont été dépouillés dans l’Etat. Un officiel du centre électoral du comté de Clark (qui abrite notamment la ville de Las Vegas) a indiqué que de nouveaux chiffres devraient être publiés vendredi 6 novembre.

L’obtention des 6 voix du Nevada à Jeo Biden lui permettrait d’atteindre le seuil de 270 grands électeurs. Mais de nombreux bulletins de vote ne sont pas encore parvenus dans les centres électoraux : ceux du vote par correspondance restent valables tant qu’ils ont été envoyés au plus tard le 3 novembre, cachet de la poste faisant foi.

En Caroline du Nord, la date limite du 12 novembre

Dans cet Etat de la côte Est des Etats-Unis, Donald Trump mène de plus de 76 000 voix sur 95% des bulletins dépouillés. Mais encore plus de 100 000 votes par correspondance doivent être comptabilisés, selon l’agence AP. Un nombre considérable de bulletins pourrait s’ajouter à ce total, car un vote envoyé le 3 novembre peut être comptabilisé tant qu’il est reçu par les services électoraux locaux avant le 12 novembre. Impossible de connaître les résultats définitifs en Caroline du Nord avant cette date, alors que 15 grands électeurs sont en jeu.

En Alaska, pas de vainqueur avant le 10 novembre

La couleur des trois grands électeurs de l’Alaska ne sera pas connue avant plusieurs jours. Les premiers résultats donnent près de 30 points d’avance à Donald Trump sur son adversaire, mais sur la moitié des résultats dépouillés. L’Etat ne dévoilera pas les résultats du vote anticipé avant le 10 novembre, ce qui laisse une trop grande part d’incertitude pour déclarer un vainqueur, malgré la large avance de Donald Trump à ce jour.

Des bureaux de vote encerclés par des manifestants pro-Trump

Aux cris de “Arrêtez de compter!”, des centaines de partisans de Donald Trump ont demandé à ce que le dépouillement s’arrête dans le Michigan.

ÉTATS-UNIS – Des supporters de Donald Trump ont manifesté le 4 novembre à Détroit, dans le Michigan, pour exiger l’arrêt du dépouillement dans cet État-clé, tandis que d’autres manifestants pro-Trump s’en sont pris à Fox News dans la ville de Phoenix, en Arizona, pour avoir annoncé Joe Biden gagnant dans cet État.

La manifestation à Detroit, à l’extérieur du centre où se poursuivait le dépouillement des bulletins, était assez tendue selon un photographe de l’AFP et des vidéos publiées sur les réseaux sociaux.

Aux cris de “Arrêtez de compter”, des centaines de manifestants pro-Trump demandaient à ce que le dépouillement s’arrête dans ce bureau de vote et à pouvoir assister au dépouillement. Cela alors que Donald Trump a annoncé un recours pour stopper le comptage dans cet État. Publicité

Les médias américains ont en effet annoncé dans l’après-midi du mercredi 4 novembre que le Michigan avait été remporté par Joe Biden, rapprochant le démocrate des portes de la Maison-Blanche.

D’autres supporters du président américain sortant se sont postés devant un bureau de vote en Arizona pour s’en prendre tout particulièrement à la chaîne de télévision conservatrice Fox News, qui a fait partie des premiers médias américains à annoncer Joe Biden victorieux dans cet État. 

Selon le Detroit Free Press, les manifestants, initialement pro-Trump, ont été rejoints par des partisans de Joe Biden, contribuant à accentuer les tensions. Publicité

De leur côté, des milliers de partisans de Joe Biden ont défilé à Nerw York dans la soirée du 4 novembre à New York, pour demander que “tous les bulletins de vote soient comptés”. Cette manifestation new-yorkaise s’est déroulée dans le calme et a réuni des gens de tous âges, qui ont descendu la 5e Avenue.

Source:Le HuffPost avec AFP

Un duel serré, l’issue de l’élection encore incertaine

Mardi, c’était le jour d’élection aux États-Unis. Au lendemain du vote, les Américains ne savent toujours pas qui dirigera leur pays pour les quatre prochaines années.

48,3%

213/538
ÉLECTEURS

50,2%/

238/538
ÉLECTEURS

Pour l’emporter, un candidat doit obtenir au moins 270 des 538 grands électeurs attribués au niveau des États

le président républicain Donald Trump a lancé mercredi de nouvelles accusations de fraude, fondées sur aucun élément concret, alors que son adversaire démocrate Joe Biden a acquis une légère avance dans les résultats partiels de plusieurs États-clés. 

La confusion menace de se transformer en crise politico-judiciaire majeure si Donald Trump met à exécution sa menace de saisir la Cour suprême pour invalider certains bulletins par courrier, formulée dans la nuit de mardi à mercredi et critiquée jusque dans le camp républicain

Pour la première fois depuis 2000, les Américains ne connaissaient pas le nom de leur prochain président au lendemain du scrutin. La participation a été record, notamment par correspondance, et le dépouillement pourrait durer quelques jours dans plusieurs des États-clés qui décideront du nom de celui qui prêtera serment le 20 janvier 2021. 

En Inde des prières pour soutenir Harris, mais les Hindous cherchaient des bénédictions pour Trump

La région du sud de l’Inde où le grand-père maternel de Harris est né, encourage le Parti démocrate à gagner en raison du lien familial.Pendant ce temps, un groupe qui prétend avoir le soutien de 5 millions d’hindous dit qu’il veut que Trump soit réélu afin de garder les principaux rivaux de l’Inde – le Pakistan et la Chine – sous contrôle.

Quelques heures avant l’élection présidentielle américaine, les habitants de Thulasendrapuram et des environs, le grand-père du village de Harris, ont rassemblé un temple pour des prières spéciales.Un politicien local a mené un »abhishekam », une pratique qui consiste à verser du lait sur une idole hindoue pendant que des versets religieux sont récités, en présence d’une vingtaine de villageois, a déclaré R. Manikandan,un commerçant près du temple.Il a déclaré que plus de 15 voitures et motos, appartenant à des journalistes travaillant pour des médias locaux et internationaux, s’étaient rassemblées en Thulasendrapuram pour couvrir le rituel.https://twitter.com/Reuters/status/1323646113476415491?s=20

R.R. Kalidas Vandayar, homme d’affaires et chef d’une associationde cricket dans la ville la plus proche, prévoit d’offrir de la nourritureà plus de 150 personnes pour demander leur bénédiction pour Harris, qui se présente aux côtés du candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden.

« Elle est d’ici et nous sommes fiers d’elle », a déclaré le frère de Vandayar, R.R. Jayakumar Vandayar.

À des centaines de kilomètres au nord de Delhi, près de deux douzaines de membres d’un groupe connu sous le nom de Hindu Sena (arméehindoue) ont rejoint un prêtre vêtu de robes safran pour mener des rituels de feu et chanter des vers pour la victoire de Trump Ils ont brandi des photos du chef avec l’un des Premier ministre indien Narendra Modi reposant sur le côté.https://twitter.com/Reuters/status/1323620947492958208?s=20

« L’Inde ne peut lutter contre le terrorisme que si Trump est là, et la Chine et le Pakistan resteront retenus tant qu’il sera président »,a déclaré le fondateur du groupe,Vishnu Gupta, par téléphone. »Nous souhaitons bonne chance à Harris en raison de son ascendance indienne, mais les vice-présidents ne sont pas aussi puissants. »

Source : Reuters

A quelle heure devez-vous régler votre réveil pour suivre l’élection présidentielle du 3 novembre?

Parfois, il faut plusieurs jours pour que chaque vote compte, mais il est généralement assez facile de déterminer qui est le gagnant dans les premières heures de la journée après le jour du scrutin.

En 2016, Donald Trump est monté sur scène pour prononcer son discours de victoire   vers 4 heures du matin.  Mais cette année, le vote par anticipation et par correspondance (76 millions au 29 octobre) est   déjà beaucoup plus important qu’il y a quatre ans  . 

Environ 139 millions d’Américains avaient en effet voté lors de la dernière élection présidentielle, dont 33 millions par courrier. Les analystes estiment que le taux de participation pourrait être plus élevé cette année avec  quelque 150 millions d’électeurs, dont  jusqu’à la moitié par courrier. 

La dernière fois que le résultat n’a pas été clair en quelques heures, c’était en 2000, lorsque le vainqueur n’a été confirmé qu’un mois plus tard par une décision de la Cour suprême.

En 2000, le duel entre le candidat républicain George W. Bush et le candidat démocrate Al Gore était si proche que seul le résultat du vote en Floride leur permettait de se séparer mais seulement de quelques centaines de voix. Après des semaines de batailles juridiques, il y a eu un recomptage des votes, mais la Cour suprême est finalement intervenue. M. Bush a été déclaré vainqueur, avec 25 voix du Florida Electoral College, lui donnant un total de 271 voix en faveur parmi les électeurs. M. Gore, qui a gagné plus d’électeurs au niveau national que M. Bush, a admis sa défaite.