Catégories
Non classé

L’Homme Jusqu’au fond de son corps

Le corps humain contient des champignons et des bactéries qui agissent comme un bouclier protecteur contre les infections.

Si l’Homme ne se distingue ni par sa domination, ni par ses performances, ni par son intelligence, il lui reste néanmoins une certitude indiscutable : celle de sa propre identité, inaltérable et incompromise.

Mais au risque de le vexer, l’Homme représente plutôt une collection d’espèces, cohabitant dans la plus parfaite des collaborations. L’Humain fonctionne grâce à des dizaines des milliers d’êtres microscopiques, sur et dans son corps, et sans lesquelles il ne peut tout simplement pas vivre. Même propre, toute la surface de sa peau est couverte d’un tapis d’animaux microscopiques, de champignons et des bactéries, qui agissent comme un bouclier protecteur contre les infections. 

Et son odeur corporelle, si individuelle, si personnelle, n’est autre que celle de son mélange bactérien particulier, dans une sueur autrement inodore .Au plus profond de son être, le mélange de bactéries intestinales est lui aussi, propre à chaque personne. Mis elles ne font pas que permettre sa digestion, elles influencent également sa sante plus globalement ; comme un second cerveau, elles façonnent aussi ses comportement, ses humeurs, et jusqu’à ses gouts et sa personnalité.

Les microorganismes du système digestif sont extrêmement nombreux : cent mille milliard, soit 10 fois le nombre de cellules d’un corps humain. Même ses propres cellules ne sont pas aussi purement humaines qu’il ne le pense.

Au fil de l’évolution, des bactéries ont été intégrées, domestiquées et naturalisées, pour finalement ne plus quitter l’intimité des cellules humaines, et devenir essentielles à leur fonctionnement.

Et même   à l’échelle la plus intime, celle de ses propres chromosomes, l’intégrité de cette humanité est remise en question. Depuis la nuit des temps, l’Homme a régulièrement dans son génome des centaines des gènes étrangers. Au total il s’agit de plus de 100 000 fragments de virus, soit 10% de l’ensemble du génome humain !

Finalement, l’humanité dans son intégrité même n’est rien d’autre que le fruit d’une immémoriale collaboration inter-espèces.

Dès lors, toutes les prétentions de l’Homme par rapport aux autres espèces apparaissent aussi inappropriées qu’insignifiantes.

Par Jules Bercy

A writer a blogger passionate about science, history politics, the general knowledge of our planet and the Universe...

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s